Catégories
concours Jeunesse

Concours jeunesse d’écriture de nouvelles policières 2016

Concours jeunesse d’écriture de nouvelles policières 2016

Le concours jeunesse d’écriture de nouvelles policières 2016 est lancé.

 Au menu Concours Nouvelles vous retrouver le règlement et l’appel de candidature

> Télécharger le règlement au format PDF

> Appel à candidature

Voici l’incipit fruit de l’imagination de l’auteur Patrick Mosconi qui débute les nouvelles.
Les candidats ne devront pas oublier d’introduire le personnage de l’Anguille.

Nous leur souhaitons beaucoup d’imagination et une belle rédaction.

Au plaisir de les lire.

Papy-La-Teigne

         

Après un été plutôt pluvieux l’automne resplendissait sous un fringant soleil et les champignons se ramassaient à la pelle : cèpes, girolles, mousserons, pieds-de-mouton… Beaucoup de comestibles mais aussi quelques dangereux, comme les amanites ou les bolets, des qui rendent malades et qui tuent. D’ailleurs, d’en avoir mangé, Papy-La-Teigne en était mort, aussi raide qu’un rat qui aurait bouloté une saucisse farcie de mort-aux-rats. Bon, personne ne le regrette Papy-La-Teigne, pas même son fils avec qui il était brouillé depuis toujours. Faut dire qu’il était mauvais ce vieux machin, toujours à se moquer des autres avec sa langue de vipère. Il n’aimait, ni les hommes, ni les enfants, ni même les animaux, et il s’en vantait. Il était tellement rancunier qu’il avait vendu sa belle maison en viager à un entrepreneur de Lyon pour ne pas que son fils en hérite.  La seule personne qu’il voyait, en cachette, était Tom, son petit-fils. Il l’adorait, ce gamin. Allez savoir pourquoi. Comme quoi, même les méchants peuvent avoir des sentiments… Tom, lui, il l’aimait bien son papy qui toujours se montrait gentil avec lui. Devant un bol de chocolat qu’il avait préparé, il lui racontait des histoires ou l’aidait à faire ses devoirs et souvent avant de le laisser repartir lui donnait une petite pièce. Des rencontres quotidiennes et secrètes depuis que Tom avait le droit d’aller à l’école tout seul.

Quand le médecin avait invoqué une mort accidentelle par ingestion de champignons vénéneux et que les gendarmes n’avaient pas cru utile d’ordonner une autopsie et un relevé d’empreintes, Tom, du haut de ses dix ans, avait protesté :

— Mon grand-père détestait les champignons ! Ce n’est pas un accident mais c’est un crime !

On a eu beau lui expliquer, d’abord son père ensuite le commandant de gendarmerie, qu’on avait retrouvé des traces d’amanite dans les restes de l’omelette aux cèpes, Tom ne voulut pas en démordre.

—  Et alors, ça ne prouve rien, seulement qu’on l’a forcé à la bouffer, cette saloperie d’omelette !

—  Oh, petit, reste poli !

… la suite appartient  aux candidats