Catégories
Auteurs 2016

Brigitte Gauthier

brigitte gauthier festival anguille sous roche Saillans
Brigitte Gauthier dirige le Laboratoire de Recherche SLAM de l’Université d’Evry-Val-d’Essonne). Elle est diplômée du Département Cinéma de l’Université de Columbia à New York (MFA), a obtenu son Doctorat sur la Dramatisation de la Psychiatrie au Théâtre et au Cinéma à La Sorbonne, elle a travaillé en production et pour une chaîne de cinéma indépendant. Elle a traduit Linda Seger (Faire d’un bon scénario un scénario formidable), Robert McKee (Story), Syd Field (Comment reconnaître, identifier et définir les problèmes liés à l’écriture de scénario), Stuart Voytilla & Scott Petri (Écrire la comédie), R.M. Stefanik (Les Clés des plus grands succès cinématographiques), Blake Snyder (Les Règles élémentaires de l’écriture de scénario) et Mark Travis (La Mise en scène).

« J’ai toujours écrit. Mon premier texte était une filature. J’ai toujours rêvé. Mes histoires sont des récits d’amour. J’ai parcouru le monde à la recherche de cette adrénaline de l’inconnu. Etudié le cinéma à l’Université de Columbia à New York, la recherche théâtrale à la Sorbonne, le jeu théâtral à Cambridge, la danse partout où j’ai vécu. Et j’ai écrit de nombreux  textes sur le théâtre et le cinéma, surtout sur Harold Pinter, mon héros, Prix Nobel, un homme de paix qui nous prépare à anticiper les conflits au coin de la rue, un dramaturge engagé (Harold Pinter, le maître de la fragmentation). J’ai rendu hommage à Pina Bausch, dans  Le Langage chorégraphique de Pina Bausch (L’Arche). J’étais fascinée par son don de captation du geste insolite, décalé qui révèle les tensions, les dérives de l’émotion. J’ai même créé une série d’ouvrages dans la collection Les Points dans les Poches chez L’Entretemps. S.C.R.I.P.T. (Scénaristes Créateurs Interprètes Performers Traducteurs) afin d’alterner des textes sur des piliers du cinéma et de la performance avec des textes sur les novateurs de demain. (Scénaristes de la Paix).

 

Et aujourd’hui j’écris des romans noirs très noirs en harmonie avec les lignes de faille de la société contemporaine. »

 

Game Boy (L’Harmattan, 2010) fait le portrait du séducteur contemporain, serial killer/serial lover. Un manager de la gestion de risques qui détourne les données de ses supercalculateurs pour créer des meurtres parfaits, « actes d’amour » signés, Game Boy.

 

Personne ne le saura (Gallimard, Série Noire, 2015) Une femme se réveille dans un lit d’hôpital, il lui manque trois heures de vie, elle mène l’enquête sur cette nuit dont elle ne se souviendra jamais.