Sébastien Meier


Photo : Lea-Kloos.
> rencontre-dédicace Librairie « Écriture » CHABEUIL –  jeudi 31 mai 18h
(en savoir plus : https://www.facebook.com/events/2605856709640515/  et https://www.facebook.com/librairie.ecriture/)

Né en Suisse romande en 1988 où il grandit, Sébastien Meier s’intéresse tôt à la littérature. Son parcours est éclectique : voyageur, danseur, auteur de théâtre, membre du collectif AJAR – Vivre sous les tilleuls, Flammarion, 2016 -, serveur, veilleur de nuit dans un foyer de l’Armée du Salut…. Il passe par une maison d’édition, Paulette, qu’il fonde à l’âge de 22 ans. Il y publie une quinzaine d’ouvrages en 3 ans.
En parallèle, il co-fonde un collectif des arts de la scène (Collectif Fin de Moi), avec lequel il signe deux mises en scènes. Il s’investit également quelques temps au sein du bimensuel La Cité, émanation romande de la Nouvelle presse.
Auteurs de quatre romans noirs, il s’est vu récompensé par le prix Lilau 2015 de la Ville de Lausanne pour son roman, Les Ombres du métis. Sebastien Meier partage aujourd’hui sa vie entre l’écriture et le flamenco en Espagne.
Dans une sorte de trilogie non prévue à l’écriture du premier volume, il s’attaque à la Suisse. On y parle mafia, corruption des mondes politique et économique, négoce des matières premières et piratage informatique.
Il vient de publier son quatrième roman, Casseurs d’os (éd. Fleuve noir), un polar aux personnages originaux, une fiction réaliste et politique, décrivant coup bas, machination, manipulation allant jusqu’aux crimes assez violents.


> L’ordre des choses